Une génération sur la route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une génération sur la route

Message  hippium le Ven 2 Sep 2011 - 7:11

Avez-vous vu hier soir le beau documentaire de Gabrielle Culand sur une génération sur la route, sur, selon les estimations, les 50000 jeunes qui, en France, ont choisi le nomadisme comme mode de vie ?
J'ai trouvé cependant que les personnages, sauf Chris l'américain, un vrai beatnik, avec un discours très cohérent et qui faisait d'ailleurs référence explicitement aux hobos, manquaient de consistance et ressemblaient plus à des adolescents rebelles un peu attardés qui tentaient de fuir plus eux-mêmes et leur mal-être que la société. Partir sur la route pour se retrouver en foule en Espagne à se saouler de musique électronique, je n'en vois pas l'intérêt. Je me souviens d'un documentaire sur "les nouveaux barbares" que le tchatchérisme avait jeté sur les routes du Royaume Uni au début des années 80.

hippium

Messages : 1679
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  bleu_turquoise01 le Ven 2 Sep 2011 - 7:38

non je ne l'ai pas regarder
avatar
bleu_turquoise01

Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 28
Localisation : belgique (charleroi)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  hipnik le Ven 2 Sep 2011 - 9:07

Je suis assez d'accord avec toi hippium, mis à part Chris l'Américain pour lequel on voyait que c'était vraiment un choix de vie et non un coup de tête et dans une moindre mesure Bitch le vendangeur, les personnages présentés ne m'ont pas paru d'une grande profondeur ni même d'une certaine sérénité dans leur démarche. Ils donnaient l'impression finalement de "faire la route" dans le même esprit que les ouvriers vont à l'usine. Beau documentaire tout de même.
avatar
hipnik

Messages : 1467
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  hippium le Ven 2 Sep 2011 - 9:23

Gabrielle Culand avait déjà réalisé en 2007 un documentaire intitulé No Man's Land sur les Aristonards et les Punks à chiens dans le Cantal.

http://lasallepolyvalente.free.fr/punks/index.php?post/episode-precedent_tracks01

hippium

Messages : 1679
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Muddy_le_hobo le Ven 2 Sep 2011 - 12:04

Merci de vos commentaires sur cette émission que j'ai bien évidemment regardée; je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous car j'ai trouvé tous ces personnages sincères et beaux. Même le vigneron qui emploit Bitch et ses compagnons. Un grand merci aussi pour le lien très intéressant du site No Man's Land que je ne connaissais pas.

http://lasallepolyvalente.free.fr/punks/index.php?

Muddy_le_hobo

Messages : 168
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  creme_de_marron le Ven 2 Sep 2011 - 12:23

En tous cas avez-vous remarqué qu'une grande majorité de ces nomades passaient ou faisaient halte chez nous la Drôme-Ardèche !
avatar
creme_de_marron

Messages : 595
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Routards ou... zonards ?

Message  neo-codion le Jeu 8 Sep 2011 - 23:04

Un article de 2004 dans Libération constate la transformation des anciens "routards" en zonards



«Le routard actuel n'est plus un marginal inquiétant»
Frédérique Deschamps (Libération 6 août 2004)

Chaque année, il se vend deux millions et demi d'exemplaires du Guide du Routard. Mais, parmi ces acheteurs, combien peuvent encore se prétendre les héritiers de Jack Kerouac et de son livre Sur la route ? C'est ce best-seller, paru en 1957, qui signe l'acte de naissance d'une nouvelle génération de touristes : des jeunes Occidentaux qui prennent la route comme on entre en religion. Pour eux, le voyage est un véritable mode de vie et surtout une remise en cause de l'ordre moral et social des pays dont ils sont issus, guerre du Vietnam et Mai 68 aidant. Inspirés par les hobos, ces saisonniers américains qui sillonnaient le pays dans les trains de marchandises, les routards font à leur façon voeu de pauvreté avec un sac à dos pour tout bagage et des petits boulots pour financer la suite.
Aujourd'hui, à voir les entrées d'autoroutes désespérément vides d'auto-stoppeurs, on peut se demander si ces «clochards célestes» ne sont pas une espèce en voie de disparition ou, en tout cas, de mutation. Entretien avec Franck Michel qui, dans son ouvrage Voyage au bout de la route (1), analyse le phénomène «routard».
En quoi le routard contemporain a-t-il changé ?
Les routards ont été et restent des touristes expérimentaux, c'est-à-dire ceux qui fréquentent les premiers des lieux qu'emprunteront plus tard les trekkers, les vacanciers, bref les touristes. Mais plus le routard quitte la misère et plus il ressemble au touriste, et de nos jours la différence est devenue ténue. Le touriste consomme du voyage et des monuments comme le routard consomme des kilomètres et une mythologie. Le routard actuel n'est plus un marginal inquiétant. Il s'est embourgeoisé et cinq facteurs y ont beaucoup contribué, rendant la route moins libertaire mais plus confortable : la carte de crédit, le téléphone portable, l'Internet, l'assurance rapatriement et des billets d'avion avec une date fixe de retour.
Aujourd'hui, prendre la route, qu'est-ce que ça implique ?
Le routard n'est ni oisif ni flâneur et privilégie aussi la vitesse au détriment de la lenteur avec en tête l'idée de «rentabiliser» son voyage. Aujourd'hui, on voyage de plus en plus souvent mais de moins en moins longtemps, et rares sont ceux qui partent longtemps. Ce type de voyage relève désormais de l'aventure ou de l'exploit. Les distances d'un bout à l'autre de la planète se sont raccourcies, les moyens de transport du routard sont les mêmes que ceux des autres touristes. L'auto-stop, par exemple, ne fait plus recette. A cela s'ajoute un monde plus instable d'un point de vue géopolitique et qui a fermé un certain nombre de destinations : Irak, Afghanistan, Corée du Nord, Colombie, Afrique centrale... La route est désormais plus un exotisme qu'une nécessité, elle conduit à la quête d'un paradis et non pas à l'exil ou à la demande d'un asile. Le routard contemporain est ainsi devenu un adepte du nomadisme de loisir.
Un chapitre de votre livre est intitulé «du routard au zonard»...
Autrefois, les vagabonds, les clochards et les errants, étaient, pour ainsi dire, les équivalents des zonards d'aujourd'hui. De nos jours, le routard prend la route tandis que le zonard vit dans la rue. Il est intéressant de constater que les deux mots, s'ils peuvent sembler synonymes, n'ont pas la même fortune dans leur usage courant. Pour cela, il suffit de comparer les deux expressions «Je te mets sur la route» et «Je te mets à la rue». Le zonard aspirerait bien souvent à devenir un routard tandis qu'il arrive à ce dernier de se perdre en route et de sombrer. Mais le routard est étranger au véritable univers de la misère, même s'il lui arrive de la côtoyer. La privation subie et la souffrance involontaire ne sont pas de son registre. Si le routard, autrefois comme aujourd'hui, est pauvre, c'est par choix et non par contrainte. Il faut d'ailleurs noter à ce propos que le phénomène routard est typiquement occidental. Dans les pays du tiers-monde, le nomadisme est subi, il est rarement volontaire.
(1) Ed. de l'Aube, 283 pp., 22 euros.
avatar
neo-codion

Messages : 1820
Date d'inscription : 03/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  neo-codion le Jeu 8 Sep 2011 - 23:06

Suite dans les idées


L'ère des «travellers»
Frédérique Deschamps (Libération 6 août 2004)

Le «traveller» ou «backpacker» a aujourd'hui remplacé le routard. «"Traveller" est un terme anglo-saxon, plus générique et moins connoté que "routard". C'est un peu un hippie pasteurisé», explique Alexandre Kauffmann, 29 ans, auteur d'un petit récit drolatique (1) dans lequel il tente d'esquisser une topologie de cette tribu à laquelle il s'associe. Il est allé mener une enquête au Peace & Love Hotel à Paris et dans le quartier de Khao San Road à Bangkok. Car si le backpacker affiche un mépris certain pour le touriste lambda, il est pourtant animé comme lui d'un instinct grégaire qui le pousse à rejoindre ses congénères dans les mêmes guest houses plus ou moins sordides. Au fil des rencontres, le constat de Kauffmann est un peu amer : le traveller ne réussit pas à échapper au paradoxe du touriste. «Le touriste vit dans le mépris de sa condition. Etranger au milieu qu'il visite, hanté par la peur du ridicule, honteux de son oisiveté, il aimerait passer inaperçu, détruire un statut qui lui permet pourtant d'être là.»
(1) Travellers, Ed. des Equateurs, 155 pp., 15 euros.

Commenter
avatar
neo-codion

Messages : 1820
Date d'inscription : 03/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Jean-Luc le Sam 10 Sep 2011 - 18:17

Très beau documentaire de Gabrielle Culand qui suit particulièrement au fil de ses films, errants, marginaux et vagabonds

Jean-Luc
Admin

Messages : 2080
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 66
Localisation : Drôme

Voir le profil de l'utilisateur http://hippies-1973.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Jean-Luc le Sam 10 Sep 2011 - 18:18

creme_de_marron a écrit:En tous cas avez-vous remarqué qu'une grande majorité de ces nomades passaient ou faisaient halte chez nous la Drôme-Ardèche !

Je l'avais déjà remarqué cet été à Saoû ! lol!

Jean-Luc
Admin

Messages : 2080
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 66
Localisation : Drôme

Voir le profil de l'utilisateur http://hippies-1973.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  creme_de_marron le Sam 10 Sep 2011 - 20:29

Les 500 routards avec chiens qui ont débarqué cet été à Saoû qui ne compte que 350 habitants n'étaient pas tous des hippies !
avatar
creme_de_marron

Messages : 595
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Muddy_le_hobo le Dim 11 Sep 2011 - 8:45

Saoû ? scratch

Muddy_le_hobo

Messages : 168
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Dr_Natural le Dim 11 Sep 2011 - 12:37

creme_de_marron a écrit:Les 500 routards avec chiens qui ont débarqué cet été à Saoû qui ne compte que 350 habitants n'étaient pas tous des hippies !

Ben, il aurait fait beau tu aurais vu les choses différemment ! sunny
avatar
Dr_Natural

Messages : 1695
Date d'inscription : 02/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Jean-Luc le Dim 11 Sep 2011 - 12:47

Muddy_le_hobo a écrit:Saoû ? scratch

Saoû est un petit village de la Drôme célèbre par son site magnifique et impressionnant, montagnes, forêt, (plusieurs films y ont été tournés) et par son festival Mozart (le seul en France) et sa fête du Picodon (fromage de chèvre). Cette dernière a lieu en juillet et est l'occasion depuis une dizaine d'années d'un rassemblement de hippies. Seulement, depuis trois ou quatre ans les hippies gentils ont tendance à être remplacés par des "routards à chiens". Ce que certains habitants du village déplorent. J'habite à une quinzaine de kilomètres de Saoû, et je rencontre chaque été oiseaulys à Saoû qui y passe ses vacances.

Jean-Luc
Admin

Messages : 2080
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 66
Localisation : Drôme

Voir le profil de l'utilisateur http://hippies-1973.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  oiseaulys le Dim 11 Sep 2011 - 16:47

Saoû se situe dans un paysage vraiment très impressionnant, on dirait le bout du monde. Et à vingt kilomètres au sud commence la Drôme provençale avec d'autres paysages... C'est le village où est née ma grand-mère paternelle et mon père y vit toujours après une vie parisienne. Nos enfants restent très attachés à leurs racines et ont plaisir à y retourner.



avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une génération sur la route

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum