Jacovitti - Coccobill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jacovitti - Coccobill

Message  Mr_Nostalgia le Sam 3 Sep 2011 - 22:16

Dans le genre bande dessinée délirante Jacovitti fut un maître. Son héros, le cow-boy Coccobill, plus fort que Lucky Luke ou Blueberry, évolue dans un far west de fantaisie où l'on rencontre des saucissons à pattes ou des oiseaux à gilet et chapeau. Coccobill traverse le désert sur son fidèle Trotopa à la poursuite des outlaws et parfois s'arrête sur son chemin pour se faire une petite camomille. Les dessins sont foisonnant de détails, d'inventions et de gags. C'est devenu une bande culte !






avatar
Mr_Nostalgia
Admin

Messages : 311
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  oiseaulys le Dim 4 Sep 2011 - 14:07

J'aime beaucoup Jacovitti
avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:04

Cela me rappelle les grandes heures de Charlie mensuel,
avec Crepax (souvent en couverture), Buzzelli, Peanuts, Jacovitti et ses saucissons naturellement,
et... Francis Masse !



Dernière édition par Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:28, édité 1 fois

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:21

Jacovitti me fait un peu penser à Dubout.
Il faut prendre son temps pour tout examiner.
Chez Dubout, les thèmes récurrents sont les pièces de tissus et autres raffistolages,
les bretelles et les manchettes.
Chez Jacovitti, ce sont les crayons et les saucissons qui traînent à droite à gauche sur le sol.
Prenons le dessin de l'arrivée de la diligence.



Il y a la bestiole bizarroïde en bas à gauche, jaune avec un chapeau, qui revient elle aussi régulièrement.
Si on regarde bien, on peut découvrir d'autres détails :
- le cheval en bas à gauche n'a pas de membres ! C'est le cavalier qui le porte !
- le cheval en bas à droite n'a que des membres postérieurs ! C'est le cavalier qui pose les pieds au sol à la place des antérieurs.
- le cheval du chariot bâché en haut à gauche n'a que sa partie antérieure...
- remarquez les lèvres de l'un des deux chevaux de la diligence...


Dernière édition par Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:31, édité 2 fois

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  oiseaulys le Dim 4 Sep 2011 - 17:29

Ah oui, Charlie mensuel, avec Willem (Du côté des esthètes - à l'époque il faisait encore plein de faites d'orthographe !), Andy Capp, L'Ill Abner, Krazy Kat et puis... Pauleeeeeette !
avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  oiseaulys le Dim 4 Sep 2011 - 17:33

Oui, j'adorais prendre du temps à découvrir tous ces détails. A propos de Jacovitti, il y avait aussi une polémique parce qu'il parsemait ses dessins, dans les coins des cases, de petits bonshommes portant des pancartes avec un W et que cela voulait dire en italien à ce qu'il paraît : vive le Duce ou vive le fascisme !
avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:41












Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  oiseaulys le Dim 4 Sep 2011 - 17:44

Je n'ai pas les moyens de savoir si Jacovitti était fasciste ou s'il aimait tout simplement emmerder le monde. Une chose est sûre : il est né à l'avènement du fascisme (1923) et ses parents ont eu la bonne idée de le prénommer Benito !
Ci-dessous un fasciste dessiné par Jacovitti. Notez qu'il lève le bras... gauche :

avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:44

oiseaulys a écrit: A propos de Jacovitti, il y avait aussi une polémique parce qu'il parsemait ses dessins, dans les coins des cases, de petits bonshommes portant des pancartes avec un W et que cela voulait dire en italien à ce qu'il paraît : vive le Duce ou vive le fascisme !
Ah ???
Je n'étais pas au courant de cette histoire.
Cela me surprend un peu.

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Eon le Dim 4 Sep 2011 - 17:51

oiseaulys a écrit: ... Pauleeeeeette !




Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Dr_Natural le Dim 4 Sep 2011 - 18:42

Une illustration de Jacovitti (non signée) en 1951:

avatar
Dr_Natural

Messages : 1685
Date d'inscription : 02/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Dr_Natural le Dim 4 Sep 2011 - 19:00

Plus intéressant, je viens de découvrir que Jacovitti est l'auteur d'un KamaSutra.

avatar
Dr_Natural

Messages : 1685
Date d'inscription : 02/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  Mr_Nostalgia le Lun 5 Sep 2011 - 10:18

Sur la question d'un Jacovitti fasciste, je n'ai pas trouvé grand chose sur le net. A titre personnel, je me souviens des fameuses pancartes VV portées par des personnages habillés en fasciste, mais ça ne prouve rien même si Jacovitti fut viré de Linus, le pendant italien de Charlie à cause de ces dessins. Sa biographie dit cependant que son père était un fasciste notoire, il lui a donné le prénom de Benito ! (Ce qui n'est en soi pas extraordinaire, le père de la chanteuse Dalida, mourrut des suites des traitements que lui infligèrent les anti-fascistes !) mais ne s'est pas rallié à la République Sociale Italienne de Salo. Après la guerre, Jacovitti aurait travaillé (gratuitement) pour le MSI de Giorgio Almirante, le parti néo fasciste. Lui-meme s'est toujours déclaré anarchiste, mais en France les Hussards se disaient aussi anarchistes ! Et j'ai lu qu'il était considéré comme un dessinateur... catholique ! Difficile le déméler le vrai de la légende...
Voici quelques documents :
Un article de Libération (http://www.liberation.fr/livres/01012316113-benito-jacovitti)


Benito Jacovitti
Don Quichotte de la tanche
Commenté par ROBERT MAGGIORI
Son père lui épargnera juste Adolf. Mais pas Benito, comme Mussolini, ni Franco, comme Franco. Il ne lui en voudra pas. De toute façon, il préférait qu’on l’appelle Jac, ou Arête de Poisson. Toujours est-il qu’avec son nom, Benito Franco Jacovitti (1923-1997) passera difficilement, dans l’Italie des années 50-70, pour un intellectuel de gauche. Cela n’a pas empêché qu’on le considère, de tous côtés, comme le plus ouf, extravagant, génial, énoooorme dessinateur et bédéiste que l’Italie ait connu.
Il se définissait comme un «bastian contrario» - expression intraduisible, sauf au Québec, où existe «contrairieux» - un anarcoïde à qui dire oui arrache le cœur. Il disait pratiquer comme sport «le tir au chameau», avoir pour «hobby» Sylvie Vartan («et, dans les moments de relax, Brigitte Bardot»), être d’une hauteur de 1,86 m, d’une largeur «à proportion» et d’une «profondeur (de pensée) immense».
On ne sait pas pour la pensée, mais pour ce qui est de la fantaisie, du sens du gag, de l’inventivité surréaliste, de l’humour, Jac est en effet «immense». Les innombrables histoires qu’il a créées sont connues de tous en Italie. Comme ses expressions et ses onomatopées, qu’il a été le premier, selon Umberto Eco, à italianiser : «schiaff schiaff», par exemple, pour une paire de gifles (schiaffi), «ponfete» et «badabanghete», entrées dans la langue courante, pour des trucs qui tombent… Ou ses personnages (Cocco Bill, le cow-boy déjanté sans lequel il n’y aurait pas eu de western-spaghetti, Cip l’Archipolicier, le journaliste Tom Fouineur, Zorry Kid, Jak Mandolino, Tarzan le Député, Alonza Alonza dite Alonza, Madame Charlemagne…) aussi présents dans l’imaginaire collectif que les personnages joués au cinéma par Totò ou Alberto Sordi.
A chaque rentrée, depuis 1949, des générations d’élèves se sont marrées en douce en lisant leur cahier de texte, le Diario Vitt de Jac, qui fut le plus grand succès éditorial de l’après-guerre. Et tous les Italiens, de 7 à 77 ans, se sont esquinté les yeux en cherchant les «jacovittineries» - saucissons, squelettes de poisson, vers en tout genre portant chapeau, peignes, crayons, dés, doigts de pieds - que le bédéiste cachait dans ses vignettes.
Après Pinocchio (1946), traduit l’an dernier chez les mêmes Rêveurs, paraît en français son Don Quichotte - 28 planches publiées dans l’hebdomadaire Il Vittorioso (1950). Qu’on ne s’attende pas à une «adaptation» de Cervantès ! Flanqué du fidèle Sancho Pansu (fidèle parce qu’en attente de recevoir ses arriérés), le chevalier halluciné de Jacovitti ne voit guère de moulins, mais se fait renverser par un train, s’électrocute à des poteaux électriques, est pris dans des manifs, des grèves, des meetings électoraux, se met au service d’une fille qu’il voit en Dulcinée, arrive dans une ville-capharnaüm, en devient le maire, bien qu’ayant droite et gauche contre lui, et peut enfin promouvoir de vraies réformes : toits directement sur la tête des gens pour résoudre la question des sans-abri, fleurs et arbres dessinés sur les murs, autos sur les trottoirs pour laisser la chaussée aux piétons, trams à bascule - qui n’avancent pas certes, mais, au moins, bercent.


Dessins de Jacovitti sur le thème fascisme et bandes dessinées : http://lucaboschi.nova100.ilsole24ore.com/2009/04/fumetti-e-nazifascismo.html


avatar
Mr_Nostalgia
Admin

Messages : 311
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacovitti - Coccobill

Message  neo-codion le Ven 25 Mai 2012 - 21:07

Le numéro 8 de DMPP (janvier 2012) est intitulé "Sexe et grotesque chez Jacovitti et Mattioli"
Indispensable pour les admirateur de Jacovitti ! 15 euros


_________________
"Nous avons besoin d'hommes libres pour mettre en place un monde de paix et d'amour"
Thomas Sankara
avatar
neo-codion

Messages : 1795
Date d'inscription : 03/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum