Féminisme

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Féminisme

Message  Ria_Bartok le Lun 3 Oct 2011 - 9:26

Les féministes, dont Clémentine Autain, demandent la suppression de la mention "mademoiselle" sur tous les documents administratifs comme dans les pays anglo-saxons et l'abandon de l'usage de cette appelation dans la vie courante qui perpétue, selon elles, les clichés inégalitaires entre hommes et femmes. Qu'en pensez-vous ?
avatar
Ria_Bartok

Messages : 286
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Chaumont (Haute-Marne)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  patchoune le Lun 3 Oct 2011 - 19:52

si ça rend les femmes heu-reuse de ne
plus etre appelées mademoiselle pourquoi pas ?
avatar
patchoune

Messages : 191
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  neo-codion le Mar 4 Oct 2011 - 16:06

C'est pas ce qu'on appelle le "politiquement correct" ça ? Où va se nicher les revendications de ces "féministes" bobos quand même !
Handicapé = personne à mobilité réduite.
Homosexuel = personne d'orientation sexuelle différente.
1984 est en marche !
avatar
neo-codion

Messages : 1818
Date d'inscription : 03/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  creme_de_marron le Mar 4 Oct 2011 - 20:01

Pour vous les gars, pour votre culture et votre réflexion :

Le masculinisme, ou comment faire reculer les femmes
PAR MARIE-NOËL ARSENAULT ET ÉMILIE SAINT-PIERRE
Les récentes actions des superhéros de Fathers for Justice, qui ont escaladé la croix du Mont-Royal et le pont Jacques-Cartier, ont contribué à propulser à une plus grande échelle un discours masculiniste selon lequel les hommes seraient en désarroi et victimes de discrimination sur la base de leur sexe. Le but de cet article est de donner un portrait général de ce phénomène, en s’attardant à un aspect de leur discours : le droit des pères.
L’année 2005 a connu plusieurs manifestations de ces groupes, notamment la tenue à Montréal de la deuxième édition du congrès Paroles d’hommes ainsi que le dépôt de plusieurs mémoires masculinistes à la Commission parlementaire sur la réforme du Conseil du Statut de la femme. Bien que ces masculinistes soient très peu nombreux, nous avons l’impression qu’ils forment un mouvement. Or, ce n’est pas le cas. On estime à une vingtaine le nombre de groupes les plus actifs au Québec, et le même nombre de personnes graviteraient autour de ces groupes. Leurs efforts soutenus pour se faire connaître à travers les médias, particulièrement l’Internet, donnent l’impression qu’ils sont plus présents et importants que dans la réalité.
Qu’est-ce que le masculinisme ?
Il est important de spécifier que les masculinistes ne se définissent pas comme tels, notamment parce que ce terme a été introduit par une féministe afin de définir un « nouveau » type de regroupements d’hommes [1]. En 1989, Michèle Le Doeuff définissait le « masculinisme » comme un « particularisme qui non seulement n’envisage que l’histoire ou la vie sociale des hommes, mais encore double cette limitation d’une affirmation (il n’y a qu’eux qui comptent et leur point de vue). » [2] C’est à la fin des années 50, par l’entremise des revues Playboy et Penthouse, que se forment les premiers groupes « masculinistes ». Ces revues publient des articles portant sur des pères divorcés se disant victimes de leur ex-conjointe. Le partage des biens après le divorce et le paiement des pensions alimentaires représenteraient pour eux une injustice criante. Si le premier cheval de bataille des masculinistes se base sur les revendications concernant le droit des pères séparés ou divorcés, il ne s’agit pas d’un hasard.
L’équivalent du féminisme ?
Les masculinistes partent du postulat selon lequel l’égalité entre les femmes et les hommes serait atteinte. Suivant ce constat, les hommes seraient susceptibles de vivre autant de discriminations que les femmes. Plusieurs vont jusqu’à dire que les hommes seraient victimes des « excès » des femmes, plus particulièrement des féministes, voire qu’ils subiraient un système matriarcal. De fait, non seulement les masculinistes ne reconnaissent pas la discrimination systémique que vivent les femmes, mais ils tentent souvent de se l’approprier à leur avantage.
Il est facile d’observer que certaines catégories de personnes subissent de la discrimination en raison de leur statut social : les Autochtones, les ouvriers et ouvrières, les sans-abri ou les femmes. Or, les masculinistes tentent de faire croire que les hommes seraient discriminés en tant que groupe social. La situation est alors inversée : le dominant devient dominé sous prétexte qu’il subit une souffrance qui serait propre aux hommes. Le plus souvent, les masculinistes prennent en exemple des cas individuels et les généralisent à l’ensemble des hommes. Pourtant, on ne peut élaborer une théorie des rapports sociaux uniquement sur la base d’une souffrance personnelle. Comme le dit Jean-Claude St-Amant : « Oui, il y a des discriminations sur la base de la classe sociale où des hommes sont aussi victimes, mais ils ne le sont pas en tant qu’hommes. » [3]
Ainsi, contrairement à ce que plusieurs croient, le masculinisme n’est pas l’équivalent du féminisme. Il s’agit plutôt d’une contre-attaque de quelques hommes face au projet féministe de redéfinition des rapports sociaux.
Un discours contradictoire
Les masculinistes prônent un discours naturaliste qui se fonde sur la complémentarité des sexes. Cette conception est largement répandue au sein de la société. Elle alimente la croyance populaire voulant que les femmes soient plus sensibles, à l’écoute, et donc plus portées à prendre soin des autres, tandis que les hommes seraient plus rationnels, fonceurs et enclins à prendre des décisions « importantes en un court laps de temps ». Ainsi, une différence biologique attribuerait des capacités spécifiques à chaque sexe et les mènerait à assumer un certain rôle social. Dans cette perspective, l’égalité ne serait assurée que lorsque l’homme et la femme vivent ensemble, car si nous sommes complémentaires, nous sommes complets seulement si nous sommes ensemble. Paradoxalement, si les masculinistes sont d’avis que nous sommes parvenues à l’égalité entre les femmes et les hommes, ils croient aussi que cette égalité est impossible à atteindre, car l’homme et la femme seraient fondamentalement différents. Cette vision fonctionnaliste vise souvent à maintenir un certain modèle traditionnel, le plus souvent patriarcal, de la famille.
Les mouvements des « droits » des pères
Au Québec, ce n’est qu’en 1977 que l’on modifie dans le Code Civil la notion de « puissance paternelle » pour la remplacer par celle de « l’autorité parentale conjointe ». C’est grâce aux luttes féministes des années 1970 qu’un tel changement a pu être possible. À travers leurs revendications, les féministes visaient une transformation globale des rapports et des rôles sociaux de sexe. Dans le cas de la famille, elles voulaient non seulement se libérer de leur image d’épouse et de mère au foyer, mais aussi permettre aux hommes de s’impliquer dans la relation avec leurs enfants et ainsi briser le cliché de l’homme pourvoyeur. À travers cet exemple, nous voyons à quel point certains acquis des femmes peuvent être récents.
La vague masculiniste actuelle s’est constituée en Europe dans les années 1980, avec des groupes mobilisés autour de la question du droit des pères. Elle est donc directement liée à un mouvement de réaction d’hommes souvent mécontents d’avoir perdu certains privilèges associés à la « puissance paternelle ».
Avec les coups d’éclat des membres de Fathers for Justice à Montréal, la population a pu constater par l’entremise des médias comment les groupes de pères affirment que les tribunaux attribuent presque systématiquement la garde des enfants aux mères en cas de divorce. Ils avancent que les juges sont pro-femmes, voire féministes, et qu’ils et elles discrimineraient les hommes. De plus, les femmes profiteraient du système judiciaire en faisant fréquemment de fausses allégations propres à leur assurer la garde exclusive des enfants ainsi qu’une pension alimentaire, au détriment du père. Selon eux, la garde exclusive d’un parent serait néfaste, car les enfants auraient besoin des deux parents pour pouvoir se réaliser complètement. Gilbert Claes, membre de l’Après-Rupture, un groupe d’entraide aux hommes divorcés et séparés, explique que « sans le pouvoir du père, la société part à sa perte. » [4] Toujours selon les masculinistes, la lutte de ces pères ne concernerait pas seulement leurs droits mais viserait aussi l’intérêt de l’enfant. Pour cette raison, ils exigent l’instauration d’une loi qui obligerait systématiquement l’attribution de la garde partagée au moment d’une séparation.
Évidemment, plusieurs personnes contestent cet argumentaire, dont l’avocat Michel Tétrault, spécialiste en droit de la famille [5]. Celui-ci confirme la fameuse statistique fréquemment répétée par les groupes de pères voulant que dans 80 % des cas, les femmes se retrouvent avec la garde des enfants. Par contre, il mentionne qu’en regardant un peu plus loin, on réalise que ces résultats proviennent d’ententes hors cour dans 80 % des cas. Ainsi, dans 20 % des cas, la question de l’attribution de la garde parentale se retrouve devant une juge. Dans les situations où la cour doit trancher, on apprend que celle-ci attribue la garde partagée aux deux parents dans une proportion de 50 %, à la mère dans une proportion de 25 %, puis au père dans l’autre 25 %. Difficile de voir une situation plus équitable… Michel Tétrault s’entend avec plusieurs juristes pour dire que la proportion des gardes partagées est en constante augmentation depuis 10 ans et qu’elle continuera à s’accroître dans les prochaines années. De fait, il ne semble pas y avoir d’injustice criante au niveau des décisions judiciaires sur la garde parentale. Peut-être serait-il plus intéressant de se demander pourquoi la proportion des mères obtenant la garde exclusive est si élevée lors des règlements hors cour, ou pourquoi le nombre de mères monoparentales est encore aujourd’hui si important en comparaison avec les pères dans la même situation.
Les enjeux du féminisme
Il faut souligner que plusieurs groupes d’aide aux hommes n’appartiennent pas au courant masculiniste et cohabitent très bien avec les groupes d’aide aux femmes. La différence entre ces groupes d’aide aux hommes et les groupes masculinistes est qu’ils ne se constituent pas en réaction au féminisme et ne remettent pas en question certains de ses acquis. Les masculinistes se constituent en groupes distincts, chacun ayant comme mission l’aide aux hommes en difficulté, mais ils ne forment pas un mouvement uniforme et organisé. Plusieurs ne se disent pas masculinistes, souvent parce que ce terme a été associé aux mouvements plus extrémistes européens qui préconisaient des méthodes d’intimidation ou de menaces à l’égard des femmes et juges « corrompues ». Ils peuvent s’identifier comme hoministes ou en d’autres termes, pourtant les masculinistes ont une analyse commune : les hommes sont aujourd’hui discriminés en raison de leur sexe.
En plus de devoir poursuivre la lutte pour leur émancipation et l’amélioration de leurs conditions, après être sorties de leur rôle unique d’épouse et de mère, les femmes doivent continuer de s’occuper des hommes. Elles doivent aujourd’hui répondre au ressac masculiniste. En effet, les groupes masculinistes souhaitent, entre autres revendications, l’abolition du Conseil du Statut de la femme pour le remplacer par un Conseil de l’Égalité, ainsi que la reconnaissance juridique d’un pouvoir décisionnel de l’homme en matière d’avortement. La vague masculiniste nous rappelle que les acquis gagnés par les femmes sont fragiles. Nous pouvons alors constater à quel point la lutte féministe a plus que jamais sa raison d’être !

Marie-Noël Arseneau et Émilie Saint-Pierre
Respectivement cinéaste et politologue

[1] Il y a eu un ressac de la part de certains groupes d’hommes après chaque vague féministe.
[2] « Masculinisme » : petit historique, http://www.arte-tv.com/fr/histoire-societe/archives /Quand_20des_20p_C3_A8res_20se_20vengent/Le_20masculinisme/813720.html
[3] Jean-Claude St-Amant, chercheur à la Chaire d’études Claire-Bonenfant de l’Université Laval, cité dans « Masculinisme » : petit historique (voir note 2).
[4] In Nomine Patris, documentaire de Myriam Tonelotto et Marc Hansmann, Co-production La Bascule/NDR, Allemagne, 2004, 52 mn.
[5] Clairandrée Cauchy, « À qui la garde ? Le sort des enfants ne pose pas de problème à la justice lorsque la séparation des parents se déroule bien », Le Devoir, 28 mai 2005.


Source : http://www.ababord.org/spip.php?article290
avatar
creme_de_marron

Messages : 595
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  Eon le Mer 5 Oct 2011 - 19:07

Ria_Bartok a écrit:Les féministes, dont Clémentine Autain, demandent la suppression de la mention "mademoiselle" sur tous les documents administratifs comme dans les pays anglo-saxons et l'abandon de l'usage de cette appelation dans la vie courante qui perpétue, selon elles, les clichés inégalitaires entre hommes et femmes. Qu'en pensez-vous ?
Ca me semble une bonne idée.
Il n'y a pas à différencier le statut d'une femme selon qu'elle est ou non mariée.
Là-dessus, la langue française est complètement macho.
Il n'y a qu'un seul mot "fille" là où le masculin distingue "fils" et "garçon" et l'anglais distingue "girl" et "daughter".
Et il n'y a que le mot "femme" là où au masculin on trouve "homme" et "mari" et en anglais on trouve "woman" et "wife".
Donc, en France, une fille est une fille tant qu'elle est une fille, et elle devient une femme en devenant une femme.
Edifiant.

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  neo-codion le Mer 5 Oct 2011 - 19:30

Ce n'est pas tout à fait exact : le féminin de "garçon" n'est pas fille (féminin de fils) mais "garce". Bien évidemment, depuis le moyen-âge le sens du mot s'est quelque peu modifié de son origine... Dommage...
avatar
neo-codion

Messages : 1818
Date d'inscription : 03/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Jeu 6 Oct 2011 - 17:04

La langue française n'est ni macho ni féministe ! Laughing C'est une langue "sexuée" qui ignore le genre neutre. La règle qui veut que le masculin l'emporte sur le féminin, et avec laquelle on nous rebat les oreilles pour nous prouver je ne sais quelle stigmatisation machiste, n'est valable seulement que lorsque le participe passé ou l'adjectif se rapporte à la fois à des sujets masculins et féminins. Mais comment faire autrement dans une langue qui n'a pas de genre "neutre" ? Vouloir appliquer en français des règles acceptables dans d'autres langues relève d'une pure vue de l'esprit propre à conduire à la création d'une espèce de novlangue incompréhensible. (C'est d'ailleurs peut-être le but inavoué...) Par ailleurs, on ne peut pas à la fois reprocher au français de n'être pas assez précis dans la distinction qu'il fait du mot femme, fille etc... et vouloir retirer de l'usage un mot, mademoiselle, qui ajoute justement de la précision !
lol! flower flower
avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  neo-codion le Jeu 6 Oct 2011 - 18:12

Cool ! Sans compter le cas des noms qui changent de genre en fonction du nombre ! Very Happy
avatar
neo-codion

Messages : 1818
Date d'inscription : 03/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  Mr_Nostalgia le Jeu 6 Oct 2011 - 21:12

L'hylémorphisme affirme que l'âme est "l'agir" du corps et que la personne est une unité d'âme et de corps. C'est Aristote qui a le mieux défini l'hylémorphisme : "C'est en vertu de la communauté [du corps et de l'âme] que l'une agit et l'autre pâtit, que l'un est mû et l'autre meut ; et aucun de ces rapports réciproques n'appartient à des choses prises au hasard". Cet hylémorphisme est notamment très présent dans l'anthropologie hébraïque ou dans l'anthropologie chrétienne (grâce notamment à la lecture d'Aristote par Thomas d'Aquin) : « l'âme elle-même ne peut être qualifiée de féminine, ou appartenant au genre féminin, mais plutôt l'âme d'une femme qui est un être humain féminin». L'anthropologie issue de l'hylémorphisme repose donc sur le postulat inverse de la théorie du gender. Elle rejette en cela l'explication unisexe de la personne et le dualisme entre corps et âme, que l'on trouve chez Platon, puis Descartes. Cette anthropologie considère, au contraire, que les hommes et les femmes sont fondamentalement des modes différents d'être des personnes.
avatar
Mr_Nostalgia
Admin

Messages : 311
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Jeu 6 Oct 2011 - 21:22

neo-codion a écrit:Cool ! Sans compter le cas des noms qui changent de genre en fonction du nombre ! Very Happy

Une des grandes beautés de la langue française flower flower
avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  Eon le Ven 7 Oct 2011 - 11:20

zazoue a écrit:Par ailleurs, on ne peut pas à la fois reprocher au français de n'être pas assez précis dans la distinction qu'il fait du mot femme, fille etc... et vouloir retirer de l'usage un mot, mademoiselle, qui ajoute justement de la précision !
lol! flower flower
Pas d'accord, Zazoue.
La polysémie des mots "fille" et "femme" laisse entendre qu'une fille n'existe que par rapport à des parents,
en attendant d'être une femme en n'existant que par rapport à un mari.
Et la distinction "mademoiselle" et "madame" ne fait que renchérir sur ce passage
d'un statut de dépendance à un autre statut de dépendance.
De son côté, un garçon est peut-être un fils par rapport à ses parents,
mais il existe en tant que garçon en lui-même.
Et de même pour l'homme qui peut être certes un mari, mais est de toute façon un homme en soi.
Et qu'il soit marié ou non ne change rien au fait qu'il soit un monsieur.
Si tout cela n'est pas sexiste...


Dernière édition par Eon le Ven 7 Oct 2011 - 11:23, édité 1 fois

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  Eon le Ven 7 Oct 2011 - 11:22

zazoue a écrit: C'est une langue "sexuée" qui ignore le genre neutre. La règle qui veut que le masculin l'emporte sur le féminin, et avec laquelle on nous rebat les oreilles pour nous prouver je ne sais quelle stigmatisation machiste, n'est valable seulement que lorsque le participe passé ou l'adjectif se rapporte à la fois à des sujets masculins et féminins. Mais comment faire autrement dans une langue qui n'a pas de genre "neutre" ?
Là, je suis d'accord.

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce que j'aime chez les féministes, c'est leur humour !

Message  Mr_Nostalgia le Sam 8 Oct 2011 - 17:42

avatar
Mr_Nostalgia
Admin

Messages : 311
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Jeu 13 Oct 2011 - 15:55

Eon a écrit:
zazoue a écrit:Par ailleurs, on ne peut pas à la fois reprocher au français de n'être pas assez précis dans la distinction qu'il fait du mot femme, fille etc... et vouloir retirer de l'usage un mot, mademoiselle, qui ajoute justement de la précision !
lol! flower flower
Pas d'accord, Zazoue.
La polysémie des mots "fille" et "femme" laisse entendre qu'une fille n'existe que par rapport à des parents,
en attendant d'être une femme en n'existant que par rapport à un mari.
Et la distinction "mademoiselle" et "madame" ne fait que renchérir sur ce passage
d'un statut de dépendance à un autre statut de dépendance.
De son côté, un garçon est peut-être un fils par rapport à ses parents,
mais il existe en tant que garçon en lui-même.
Et de même pour l'homme qui peut être certes un mari, mais est de toute façon un homme en soi.
Et qu'il soit marié ou non ne change rien au fait qu'il soit un monsieur.
Si tout cela n'est pas sexiste...


Je comprends parfaitement que les mâles du monde des mouches, des girafes et des mangoustes (etc) puissent mal vivre de ne pas avoir de nom à eux, et soient légitimement quelque peu déçus voire vexés que le féminin s'applique à l'ensemble des individus de leur espèce aussi bien femelles que mâles ! Very Happy Là encore, le sexisme de la langue française sans doute !
Les anciens, avec leur bon sens, qui est paraît-il la chose la mieux partagée au monde, comprenaient parfaitement que la bouchère, ne pouvant porter sur ses frêles épaules les demi carcasses d'animaux, n'était pas celle qui découpait la viande mais simplement la femme du boucher ! (toutefois, peut-être à la caisse ?) et que l'ambassadrice, la générale, la femme de l'ambassadeur, du général. On en vient, sous couvert de féminisation, à parler un sabir incompréhensible. Et la médecine n'est pas la femme du médecin ! Very Happy
Les hommes qui exercent le métier de sage-femme (il y en a !) s'appellent bien des sages-femmes ! Very Happy
Le masculin, certes tombé en désuétude, de demoiselle et mademoiselle est damoiseau et mondamoiseau. Rétablissons donc leur usage au lieu de vouloir à tout prix appauvrir et standardiser. On peut aussi remettre au goût du jour le mot "dameret" désignant un jeune homme peu enclin aux jeux brutaux et virils qu'on prête habituellement aux garçons !
Le linguiste et grammairien canadien G. Farid, cherchant à découvrir si la langue française véhiculait une culture sexiste, s'est penché sur la dissymétrie sémantique entre masculin et féminin, et a publié en 1993 à l'Université de Québec, "la sexualité de la langue française : un soupçon de reflet culturel ?". Il conclut que le prétendu sexisme linguistique du français n'est pas le sexisme de la langue mais les traces dans la langue du sexisme du locuteur.
Il ne faut pas appliquer la théorie du complot à tout quand même! Very Happy flower flower

avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Jeu 13 Oct 2011 - 16:20

D'autre part aucun être, pas plus garçon que fille, n'existe in se, mais toujours par rapport à autre flower flower
avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  hipnik le Jeu 13 Oct 2011 - 16:57

ouaif !
avatar
hipnik

Messages : 1466
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  Eon le Jeu 13 Oct 2011 - 18:57

Bonjour Mademoiselle Zazoue,

zazoue a écrit: On en vient, sous couvert de féminisation, à parler un sabir incompréhensible.
Je suis d'accord avec toi.
Un parfait exemple est l'apparition de termes comme "auteure" ou "professeure".
Certains semblent avoir oublié que les noms masculins en "-eur" font des noms féminins en "-euse".
Ni serveure, ni danseure, ni chercheure, etc., donc.
Cinq exceptions :
majeure, mineure, inférieure, supérieure, prieure.

Les mots en "-teur" font des féminins en "-trice" :
directrice, actrice, fondatrice, formatrice, etc.
Exceptions :
chanteuse, menteuse, porteuse, batteuse...

Et il y a quelques féminins en "esse" :
doctoresse, pécheresse, vengeresse, chasseresse, enchanteresse, demanderesse
bailleresse, défenderesse, et les curieux couresse, venderesse et charmeresse
(à côté de coureuse, vendeuse et charmeuse).

Pour le féminin de "auteur", le Robert propose "autrice", plutôt rare.
Pour ma part, j'utilise un féminin de mon cru : "auteresse", comme enchanteresse.
Et la médecine n'est pas la femme du médecin !
Ni une femme médecin.
Mais il y a "doctoresse".

Il n'en demeure pas moins que le fait qu'il n'existe
qu'un seul terme "fille" équivalent à "fils" et "garçon",
et qu'un seul terme "femme" équivalent à "homme" et "mari",
contrairement à ce qu'il en est en anglais, me choque ;
tout comme le fait que "homme" désigne à la fois le sexe et l'espèce,
contrairement à ce qu'il en est en allemand et en latin.
(Je parle des langues que je connais, je ne sais pas ce qu'il en est pour les autres.)
Comme par hasard, cela va toujours dans le même sens...


Un petit débat en cours sur un autre forum :

http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/495297-differences-hommes-femmes-sociobiologie-ideologie-ethique.html






Dernière édition par Eon le Sam 15 Oct 2011 - 14:55, édité 1 fois

Eon

Messages : 489
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rappel

Message  patchouli le Sam 15 Oct 2011 - 11:54

Il ne s'agit QUE de la suppression du mot "mademoiselle" sur les documents administratifs : pas de quoi en faire toute une histoire !
avatar
patchouli

Messages : 269
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 66
Localisation : Région lilloise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  patchouli le Sam 15 Oct 2011 - 11:56

Zazoue, rassure-toi : on pourra continuer à t'appeler "Mademoiselle Zazoue" !
avatar
patchouli

Messages : 269
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 66
Localisation : Région lilloise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Dim 16 Oct 2011 - 10:58

J'aime beaucoup qu'on m'appelle mademoiselle flower flower
avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  bleu_turquoise01 le Mar 18 Oct 2011 - 16:46

moi aussi j'aime bien quand ont m'appelle Mademoiselle, j'ai horreur quand t'ont m'appelle Madame, la réponse que j'ai a chaque fois s'est dire que je ne suis pas marié lol
avatar
bleu_turquoise01

Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 28
Localisation : belgique (charleroi)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Mar 18 Oct 2011 - 21:00

Oui, bleu_turquoise01, il faudrait demander aux femmes ce qu'elles pensent vraiment de certaines revendications des féministes ! Laughing
Et puis on dit toujours mademoiselle aux comédiennes, qu'elles soient mariées ou non. Je pense qu'elles ne sont pas prêtes à renoncer à ce privilège ! flower flower
avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  bleu_turquoise01 le Mer 19 Oct 2011 - 17:36

bien d'accord avec toi zazoue .peace
avatar
bleu_turquoise01

Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 28
Localisation : belgique (charleroi)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  zazoue le Sam 5 Nov 2011 - 15:40

avatar
zazoue

Messages : 213
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 23
Localisation : Fontainebleau

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme

Message  Hippy73 le Lun 7 Nov 2011 - 12:08

Au nom de la féminisation des noms Clémentine Autain exige qu'on l'appelle Clémentine Autaine ! lol!
avatar
Hippy73

Messages : 351
Date d'inscription : 19/08/2011
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum