Jean Boudou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Boudou

Message  oiseaulys le Ven 18 Jan 2013 - 14:06

S'il avait écrit en français (ou en anglais), nul doute que Jean Boudou (1920-1975) serait aujourd'hui considéré comme l'un des écrivains les plus importants du XXème siècle et aurait obtenu certainement le prix Nobel de littérature. Mais Jean Boudou a préféré écrire toute son oeuvre en occitan et est par conséquent quasiment inconnu du grand public. Cependant, son oeuvre touche à l'universel : « … il y a un abîme entre la matière brute assemblée par Boudou et ce qu'il en a tiré par son écriture… De toute façon, nous savons la valeur de son œuvre, sa valeur littéraire et sa valeur humaine : Boudou est l'un des plus grands écrivains du monde moderne. S'il avait écrit dans une langue majoritaire sa voix serait perçue de partout. Il nous appartiendra de faire connaître le plus loin possible cette voix qui, à l'inverse de tant d'autres voix envahissantes, n'est pas fermeture, mais ouverture sur un monde plus humain… » (Georg Kremnitz)
Son oeuvre la plus importante est Le livre des grands jours (1964) traduit en français
S'il vous plaît, précipitez-vous pour découvrir l'un des écrivains les plus importants de notre temps... Un Giono d'aujourd'hui... Vous ne le regretterez pas...
avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Boudou

Message  oiseaulys le Ven 18 Jan 2013 - 14:28

La Talvera *

C'est sur la lisière qu'est la liberté,
La mort qui t'attend garde la vérité.
Tu suis la bordure, le creux du fossé,
Graine la misère quand fleurit le blé.
C'est sur la lisière qu'est la liberté.


Pour passer le col, ne te retourne pas :
Vent d'autan ou bise, l'air te giflera,
Une pierre glisse, le gouffre est en bas.
Où le serpent niche, la glace fondra.
Pour passer le col, ne te retourne pas.


Étoiles sans lune, on en voit la fin.
On n'en perd pas une, on suit le chemin.
Le ciel tombe en miettes, du soir au matin,
La bête sauvage pue comme les chiens...
Étoiles sans lune, on en voit la fin.


Frère contre frère, on sort les couteaux :
Enfant de ta mère, que vaut donc ta peau ?
Un peu de fiel, c'est ce que la mienne vaut.
Quel oiseau rapace nous crèvera les yeux ?
Frère contre frère, on sort les couteaux ?


C'est sur la lisière qu'est la liberté.
D'orée en orée va la vérité.
La vie est à vivre, de combe en vallée :
La misère bout quand graine le blé.
C'est sur la lisière qu'est la liberté.


Saint-Laurent-d'Ol, été 1968


La talvera désigne l'espace non-cultivé situé aux deux extrémités d'un champ, sur lequel tourne la charrue à chaque sillon (fr. : chaintre, tournière). C'est aussi la métaphore poétique de tout un chemin de vie et d'écriture...
http://www.ostal-bodon.com/fr/homme/extraits.html

avatar
oiseaulys

Messages : 356
Date d'inscription : 01/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum